[Santé] Covid-19. Une vingtaine de médecins dénoncent un déconfinement plus « politique » que « sanitaire »


Des médecins et des chercheurs déplorent dans une tribune que la levée progressive des restrictions prévue par le gouvernement face au Covid-19 soit « davantage guidée par des desseins politiques que par un objectif sanitaire ».

Beaucoup de monde sur le littoral en ce week-end du 8 mai, comme aux Sables-d’Olonne, en Vendée.
Beaucoup de monde sur le littoral en ce week-end du 8 mai, comme aux Sables-d’Olonne, en Vendée. | JÉRÔME FOUQUET/OUEST-FRANCE

Ils sont 23 à prendre la plume. Dans une tribune publiée sur le site du Journal du Dimanche , des médecins et des chercheurs dénoncent un déconfinement « davantage guidé par des desseins politiques que par un objectif sanitaire ». Soulignant que « d’après l’Institut Pasteur, seul un scénario optimiste permettrait d’éviter un rebond épidémique durant l’été », ils rappellent aussi que le conseil scientifique affirmait le 21 avril que la situation sanitaire liée au Covid-19 restait « préoccupante ».

« Plutôt que de formuler un objectif à atteindre, comme le seuil des 5 000 nouveaux cas par jour […] les annonces présidentielles officialisent un « frein d’urgence » ou « de reconfinement » fixé à 400 nouveaux cas pour 100 000 habitants, contre 250 auparavant, et associé à des critères aussi flous que l’« augmentation brutale du taux d’incidence » ou la « menace de saturation des services »», observent-ils.

« D’une gestion active à une gestion passive de l’épidémie »

« Nous assistons à l’officialisation du passage d’une gestion active à une gestion passive de l’épidémie. Il s’agit là d’un pari audacieux, avec un seuil particulièrement élevé et ne répondant pas à des objectifs de contrôle », poursuivent les signataires, parmi lesquels des urgentistes, des généralistes, des chercheurs.

« Après un an de privations, la France aspire à reprendre une vie satisfaisante. Mais cela ne peut se faire que sur des bases scientifiques », disent-ils encore, appelant « à la mise en place d’un nouveau protocole national, qui fixe des seuils précis, déclenchant des mesures automatiques, décidées et débattues à l’avance ». « Pour lutter efficacement contre le virus, il ne faut plus être dans le déni ni dans la pensée magique, ni invisibiliser la maladie et ses conséquences », jugent ces spécialistes.

En dépit d’un nombre de cas quotidiens qui reste élevé et d’un niveau toujours important de patients hospitalisés, le gouvernement est engagé dans une levée progressive des restrictions face au Covid-19, avec notamment le 19 mai la réouverture des magasins, des lieux culturels et des terrasses.