Archives de la catégorie: Non classé

[Non classé] Les Ehpad confrontés aux intimidations des antivaccins


Un courriel a été envoyé à plusieurs directeurs d’Ehpad les mettant en garde contre d’éventuelles poursuites judiciaires suite à la plainte contre X pour mise en danger délibérée de la vie d’autrui déposée par l’association Réaction 19.

La résidente d’un Ehpad à Asnières-sur-Seine (Hauts-de-Seine) reçoit une injection du vaccin Pfizer contre le Covid-19, le 8 janvier 2021.

La vaccination anti-Covid s’accélère dans les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad). Quelque 104 000 résidents avaient reçu une première injection lundi 18 janvier, selon le ministère de la santé, soit près de 15 % des pensionnaires. Dans ce contexte l’un des principaux syndicats d’employeurs de la profession « dénonce » des « manœuvres d’intimidation » de la part d’opposants au vaccin Pfizer-BioNTech. Et en appelle au procureur de la République pour y mettre un terme.

Lire aussi Les dessous de l’accélération de la vaccination dans les Ehpad

Un courriel a été adressé à plusieurs dizaines de directeurs d’Ehpad courant décembre. Il est signé par un homme qui se présente comme « un citoyen ». Contacté par Le Monde, celui-ci n’a pas souhaité que son nom soit divulgué. Il précise avoir écrit à des établissements privés « Orpea, DomusVi, Korian, etc. » Des directeurs de groupes moins connus l’ont également reçu.

« Effets potentiels dévastateurs »

Dans son courriel, il les met en garde contre les « poursuites » auxquelles ils s’exposeraient s’ils faisaient « de nos anciens, les cobayes des compagnies pharmaceutiques ». Il sous-entend qu’ils pourraient être inquiétés par la justice au titre d’une plainte contre X déposée le 16 décembre auprès du procureur de la République de Paris par l’association Réaction 19, plainte pour mise en danger délibérée de la vie d’autrui, tromperie aggravée, abus de faiblesse et extorsion aggravée.

Réaction 19 est présidée par Carlo Alberto Brusa. Avocat au barreau de Paris, l’homme est connu dans le milieu du foot, il a représenté Zinédine Zidane et de Didier Deschamps. Mais il utilise sa faconde depuis le début de la pandémie pour tenter d’incarner le combat contre « la dictature sanitaire ». Antimasque et anticonfinement, ce juriste se défend d’être « un complotiste et un antivaccin par principe ». Interrogé par Le Monde, MBrusa assure ne pas être à l’origine de la diffusion du courriel aux Ehpad. Mais s’empresse de saluer la publicité qui lui est faite auprès de leurs directeurs. Ils sont bel et bien susceptibles « d’être visés par sa plainte, assure-t-il, s’ils s’avèrent des prescripteurs actifs du vaccin ».

Lire notre enquête : Covid-19 : les visages de la fronde antimasques et antirestrictions

L’exposé des motifs de sa plainte se résume en cette phrase : « Le gouvernement a mis en place [un] plan d’action » vaccinal « en connaissant les effets potentiels dévastateurs », mais « sans les communiquer au grand public ». MBrusa affirme qu’il n’y a « aucune certitude » sur l’efficacité du produit Pfizer et tente de démontrer que n’étant pas « un vaccin », selon lui, mais une « thérapie génique », il comporte des « risques, tant sur la santé que sur l’environnement ». Une allégation réfutée par la quasi-totalité de la communauté scientifique qui assure que l’ARN messager contenu dans ce vaccin ne peut pas modifier l’ADN des cellules.

Contre-offensive judiciaire

Face à la liste de ces méfaits fictifs, le Syndicat national des établissements et résidences privés pour personnes âgées (Synerpa) vient d’engager une contre-offensive judiciaire. « Nous avons décidé de frapper fort, affirme sa déléguée générale, Florence Arnaiz-Maumé. Non parce que ce courriel et cette plainte nous inquiètent. Mais parce que nous ne voulons pas que les Ehpad aient peur de ce type de menaces qui risquent de se renouveler. Nous voulons rester droits dans nos bottes. »

Pour la riposte, Jean-Pierre Versini-Campinchi, avocat au barreau de Paris, a produit le 11 janvier une analyse de la plainte dans laquelle il recommande de « ne tenir aucun compte des élucubrations de l’association Réaction 19 ». Il indique que « ladite plainte n’a radicalement aucune valeur judiciaire et ne saurait entraîner aucune sanction à l’égard de ceux qui (…) ne répondraient pas aux injonctions que sa communication induit ». Le Synerpa a adressé la lettre de MVersini-Campinchi aux 2 500 adhérents de son réseau pour « les rassurer ».

L’avocat a surtout écrit au procureur de la République de Paris pour l’informer que « des personnes ont la volonté d’entraver par menace et intimidation des acteurs importants de la campagne de vaccination ». « J’ai écrit, dit-il au Monde, pour que le parquet communique à propos de cette plainte insensée et qu’il fasse savoir ce qu’il décide pour lutter contre de tels relais complotistes. »

Mettre en évidence cette fronde « anti-vax » permet aux représentants des Ehpad de démontrer l’utilité du guide de la vaccination publié par le gouvernement, le 31 décembre. Un mode d’emploi pourtant accusé d’être à l’origine du démarrage poussif de la campagne. « Nous avons eu mille fois raison de demander à l’Etat d’établir des règles précises qui écartent toute ambiguïté sur l’effectivité du recueil du consentement », se félicite Pascal Champvert, président de l’Association des directeurs au service des personnes âgées.

Lire aussi le reportage : La vaccination contre le Covid-19 dans un Ehpad de Metz : « J’essaye d’orienter le moins possible leur décision »

Le guide prévoit, notamment, qu’un médecin consigne le recueil du consentement et l’accord ou le désaccord du résident dans son dossier médical. « C’est un protocole qui nous satisfait d’autant plus qu’il est édicté par l’Etat », ajoute Mme Arnaiz-Maumé. En clair, selon elle, les Ehpad sont dans l’obligation légale de mener la campagne vaccinale selon les règles gouvernementales.




[Non classé] Balanes au Cabellou 😀


L’image contient peut-être : plante, plein air et nature

Le balane est un crustacé marin, qui vit collé sur les rochers, dans une coquille. Les balanes passent toute leur vie fixés sur un rocher, ou sur un autre support, comme la coquille d’un autre animal, par exemple. Certains poussent même sur la tête des baleines!

Les balanes ressemblent un peu à des coquillages, mais ils font en fait partie des crustacés : leur coquille est formée par plusieurs plaques calcaires de leur exosquelette. Ils font partie d’un groupe de crustacés qui passent toute leur vie fixés, les cirripèdes ; ce sont de proches parents des bernacles, des anatifes et des pousse-pieds.

_____________________________________________________________________

Merci à Claudine Tilly pour cette belle photo qui explique bien pourquoi il vaut mieux avoir des sandales pour marcher en bord de mer 😀

[Non classé] Mangeons simple … 😀

source :  newsletter  de Libé



À peine avalée l’ultime bouchée de la galette des Rois et déjà on nous bassine avec la Chandeleur (le 2 février) et la Saint-Valentin (le 14 février). On n’en finit pas de cette course à l’échalote, à qui le macaron le plus glamour, à qui la crêpe revisitée. Certes, la bectance a besoin de rites quand ils signifient ouverture et culture. Mais l’ultra-promotion des manies calendaires nous fait oublier une évidence: la cuisine est essentielle quand elle est banale comme une soupe poireau-pomme de terre, une omelette au fromage et un riz au lait. À force de l’avoir sacralisée, on a dépossédé la bouffe de sa vocation première: remplir le pylore de la vie quotidienne et ordinaire. Avec plaisir bien sûr. Mais à force de les avoir magnifiés en délices de Capoue, on méprise le boire et le manger quand ils se révèlent dans leurs plus simples habits. Terrible méprise alors qu’en ces temps hivernaux et incertains, le bonheur est dans la pomme de terre en robe des champs accompagnée d’une tranche de fromage de montagne fermier au lait cru. Mais surtout pas chauffé – morbleu, c’est péché comme faire sauter la première crêpe avec un sou avant la Chandeleur… 




[Non classé] [Brèves] Lutte contre le vol-Fédération française des usagers de la bicyclette


Lutte contre le vol

En France chaque année plus de 400 000 vélos sont volés. Ce fléau en pleine expansion est l’un des premiers freins à la pratique régulière du vélo et à l’usage du vélo comme mode de déplacement au quotidien. A cause du vol, près de près de 80 000 cyclistes renoncent chaque année à faire du vélo [1].

Or le vol n’est pas une fatalité, un panel d’actions permettent de s’en prémunir, qui vont des plus simples à réaliser individuellement (adopter les bons gestes et les bonnes habitudes de stationnement, utiliser des antivols appropriés, faire marquer son vélo) à de plus complexes touchant à l’aménagement, aux équipements, à la réglementation, et nécessitent une action collective et concertée à l’échelle nationale et locale. La FUB et son réseau d’associations œuvrent dans ces deux domaines d’actions en proposant les services suivants.

Les tests d’antivols, le marquage BICYCODE® et les bonnes habitudes

Les tests d’antivols

L’enquête de l’IFRESI-CNRS de 2003 précitée fait aussi apparaître qu’en matière de vol, les cyclistes prennent trop peu de précautions et notamment, 95 % des cyclistes utilisent un antivol de mauvaise qualité.

Depuis 2003, la FUB est dotée d’une Commission Antivol, qui regroupe des bénévoles de l’association REVV (Roulons en Ville à Vélo) de Valence. La Commission Antivol a la charge d’effectuer des tests sur les antivols du commerce, pour mettre en évidence ceux qui présentent un niveau de protection satisfaisant, et inversement, de pointer ceux qui sont notablement insuffisants, afin d’orienter les cyclistes sur le choix d’un antivol performant et d’inciter les fabricants à produire des antivols de qualité. Chaque année, elle publie un dépliant trois volets «  Stop au vol de vélos : comment choisir un bon antivol ? », qui présente une sélection de références d’antivols testés et le met à disposition du public, accompagné d’un rappel systématique des « quatre règles d’or » pour bien sécuriser son vélo. Pour vos actions de sensibilisation cette plaquette est disponible sur commande dans la Boutique FUB). Un moteur de recherche interactif en ligne, accessible sur www.bicycode.org > Tests antivols, permet d’accéder et de comparer l’ensemble des références testées pour faire le bon choix.

En savoir plus.

Le marquage BICYCODE®

Si chaque année plus de 400 000 vélos sont volés, plus de 150 000 vélos sont également retrouvés abandonnés. Mais faute d’identification, ils ne peuvent être restitués. En l’absence de marquage, seuls 2 à 3 % des victimes de vol récupèrent leur vélo [1]. Pour pallier à cette lacune, après avoir fait du benchmarking auprès de quelques pays européens voisins, Allemagne, Danemark, Belgique, Suisse, la FUB a conçu en 2004 le marquage BICYCODE®.

Le BICYCODE® est un système de marquage du cadre des vélos avec des numéros uniques et standardisés au niveau national. Il permet la restitution des vélos à leurs propriétaires en cas de vol. Ce service repose sur : une base de données sécurisée accessible sur www.bicycode.org, dans laquelle les cyclistes enregistrent leurs vélos marqués ; un réseau de plus de 130 opérateurs de marquage référencés par la FUB ; un partenariat avec la police et la gendarmerie nationales, qui bénéficient d’un accès direct à la base de donnée BICYCODE®, afin de pouvoir restituer les vélos volés à leurs propriétaires. On recense à ce jour plus de 201 000 vélos marqués avec le BICYCODE®.

En savoir plus.

Les actions locales des associations du réseau FUB

Diffuser l’information, organiser des  séances de marquage BICYCODE®, accompagner le changement d’habitudes nécessitent un travail d’accompagnement de longue haleine et proximité. La diffusion des tests antivols et des « règles d’or » ainsi que le marquage BICYCODE® sont portés localement par des associations membres du réseau FUB. Ainsi, plus de 63 associations FUB sont opératrices de marquage BICYCODE®. En matière de sensibilisation des usagers certaines associations proposent aussi des « diagnostics antivols de vélos » (exemple du Collectif Cycliste 37 à Tours, photo ci-contre) ou éditent des supports (exemple de l’ADAV à Lille).

Agir sur l’aménagement d’infrastructures de stationnement vélos sécurisés

Plus de la moitié des vols ont lieu dans des cours, garages et caves privées. Le remède est connu : il faut des emplacements équipés et sécurisés dans les immeubles d’habitat et de bureaux. En la matière, une réglementation existe, mais même si elle évolue, elle est récente, éparse, partielle, et qui plus est bien souvent ignorée. Tel est notamment le constat fait par l’enquête menée par la FUB en 2014 auprès des professionnels de l’immobilier : lire la synthèse parue dans notre magazine Vélocité n°127. Bref garer son vélo, chez soi ou au bureau, reste un véritable casse-tête.

En savoir plus sur le stationnement vélo dans les espaces privés.
En savoir plus sur le stationnement vélo dans les espaces publics.

Pour accompagner et favoriser la mise en place progressive de locaux sécurisés sur les espaces privés habitation ou au bureau, la FUB propose les supports suivants :

  • édition d’un guide  FUB : « Stationnement des vélos dans les immeubles d’habitation et de bureaux » (à télécharger), mis à jour en 2016, 58 pages : un guide technique destiné aux professionnels de l’immobilier. Ce guide décrypte les contraintes législatives et réglementaires, apporte des conseils pratiques en matière de dimensionnement, organisation de l’espace, choix de matériels et supports. Il propose une synthèse des ouvrages français et européens, met en avant des retours d’expérience d’associations membres FUB.
    S’il est principalement consacré au stationnement sur espaces privés, ce guide donne plusieurs pistes transposables sur l’espace public : emplacement, adaptation de l’offre à la demande, matériel, …
  • édition du dépliant trois volets en partenariat avec l’ADEME et la CLCV en 2014 : « Créer un espace de stationnement des vélos en habitat collectif » : sensibilisation tout public, associations et professionnels de l’immobilier pour le neuf et l’existant : les clés d’un bon stationnement des vélos – la réglementation – conseils pratiques – retours d’expérience issus de l’enquête FUB 2014 auprès de professionnels de l’immobilier. Commander le dépliant dans la Boutique FUB.

 Ces conclusions sont extraites de l’enquête de l’IFRESI-CNRS et du bureau d’études Altermodal. Vous pouvez télécharger le rapport final publié en 2003.




[Non classé] De l’utilité de la coquille Saint-Jacques et autres modestes espèces vivantes


Coquilles Saint-Jacques
Coquilles Saint-Jacques Crédits : © Tessa Bunney / ContributeurGetty

Nous recevons ce soir Laurent Chauvaud, directeur de recherches au CNRS, auteur de “La coquille Saint-Jacques, sentinelle de l’océan” (Editions Equateurs, 2019). Il nous parlera de ce petit mollusque, véritable mine d’informations sur le milieu qui l’entoure.

Elle est belle et savoureuse, « un coffre-fort de nacre, l’espace compris entre nos mains jointes, l’une légèrement bombée. » Elle fabrique une strie par jour et aime reposer sur des fonds paisibles, elle a traversé les siècles et vécu sous toutes les latitudes. Aimée des pèlerins et des randonneurs, la coquille Saint-Jacques a beaucoup à apprendre à celui qui sait l’observer ; une véritable archive environnementale, « la sentinelle de la planète et des océans » ainsi que la nomme Laurent Chauvaud, directeur de recherches au CNRS, écologiste marin et plongeur qui se passionne pour elle depuis trente ans. Il en parle savamment et avec poésie. 

Les peignes (Pectinidae, famille de la coquille Saint-Jacques) sont présents dans toutes les eaux du globe. Les pétoncles et les coquilles Saint-Jacques ont colonisé les abysses, les eaux tropicales, les eaux polaires de l’Antarctique, de l’Arctique et même la Bretagne.

Cette coquille Saint-Jacques devient une archive, et une archive est forcément précieuse quand on s’intéresse au climat futur ou aux variations futures de ce qui va se passer dans l’océan. Quand on est en train d’imaginer la vie à 30, 40, 100 ou 200 mètres de profondeur, une archive environnementale, ça devient extrêmement précieux.

Finalement, c’est un héritage. C’est déjà un symbole de supériorité, au Mésolithique et au Néolithique. Les chefs arborent des coquilles Saint-Jacques.  Elle peut être un bijou, une arme, un outil, avant de devenir un symbole religieux. Avant ça, on a déjà une succession de symboles. On n’est pas loin, parfois, de la sorcellerie ou de choses comme des talismans. La coquille Saint-Jacques est déjà reconnue comme quelque chose symboliquement fort.

Les écologistes ont oublié un paramètre essentiel, pour le moment, du fonctionnement des écosystèmes marins : le bruit. Ce n’est pas le monde du silence, la mer.

Laurent Chauvaud

Cette émission n’avait pu être diffusée le 28 janvier 2020, comme prévu, pour cause de grève.


Le lien pour écouter directement (41 mn) :


Merci à Élisabeth D.J. et à vos casques ou autres écouteurs 😀

[Non classé] Office 2016 pour Mac : fin du support programmée le 13 octobre

J’ai bonne mine avec mon Office 2011 Mac qui semble toujours fonctionner correctement, mais pour combien de temps … ce qui n’est pas un problème pour moi, mais j’en connais autour de moi qui vont faire la grimace en octobre pour passer à Office 365 obligé 😟

L’information, qui remonte à mi-avril, était passée sous le radar, mais elle intéressera tous les utilisateurs d’Office 2016 pour Mac. Microsoft a prévenu que le support de la suite bureautique s’arrêtera le 13 octobre de cette année. Ensuite, l’éditeur ne fournira plus aucun support technique, correctifs de bugs ou mises à jour de sécurité. Les logiciels ne cesseront pas de fonctionner du jour au lendemain bien sûr, mais avec le temps les utilisateurs feront face à des risques de sécurité et de compatibilité.

Ce sont toutes les versions d’Office 2016 qui sont concernées (Home and Business, Famille et Étudiant et Standard). Par ailleurs, au-delà du 13 octobre, il faudra posséder Microsoft 365 Apps (anciennement Office 365 ProPlus), Office 2016 ou 2019 pour se connecter aux services d’Office 365. Microsoft ne fera pas la chasse aux anciennes versions, mais il faut savoir que les versions plus anciennes pourront rencontrer des soucis de fiabilité et de performance.

Microsoft met en avant ses formules d’abonnement, comme Microsoft 365 Personnel à 69 € par an et Famille à 99 €. Il existe aussi une licence unique à 299 € pour Office Famille et Petite Entreprise.




[Non classé] Que préparer pour l’arrivée de la fibre optique ? – Réseau VDIRéseau VDI


Dans cet article sur la fibre optique, j’ai décidé d’apporter le maximum de réponses à vos questions sur son installation. J’ai structuré l’article en 4 parties : les principaux opérateurs proposant la fibre optique et quelques informations tarifaires, ce que vous devez préparer pour l’arrivée de le fibre optique, des explications sur la manière dont est installée la fibre optique et enfin ce que vous pouvez changer pour avoir un réseau informatique digne de recevoir la fibre optique 🙂

DTIo ouvert pour la Fibre Optique dans ma maison

Les principaux opérateurs proposant la fibre optique

Les 4 grands opérateurs fibre sont Orange, Free, SFR-Numéricable (Altice) et Bouyges.

Le raccordement si vous êtes en immeuble est généralement gratuit si votre immeuble est déjà raccordé à la fibre optique.

Par contre, en maison individuelle, vous allez devoir payer le coût du raccordement, environ 150 euros en sous-terrain et 300 euros en aérien. Demander à votre opérateur le coût précis.

Il faut compter 2-3 semaines pour avoir la visite des techniciens pour la mise en place.

Ensuite, les tarifs pour avoir la fibre optique tourne autour de 30-40 euros mensuel.

Les frais de mise en service sont généralement de 50 euros et les frais de résiliation également de 50 euros.

Attention à la fibre optique SFR, surtout si vous êtes en centre ville, car depuis son rachat par Numéricable, une bonne partie du réseau câble est utilisé et les débits sont moins bons que de la vraie fibre. Je ne suis pas contre la vraie fibre optique SFR puisque j’y suis moi-même abonné et je suis très content de mes débits (abonnement 1GBits en download et 200 MBits en upload).

Les autres opérateurs fibre optique (Free, Orange, Bouygues) permettent également d’avoir la même offre à 1 GBits en téléchargement et 200 MBits en envoi (certains moyennant un coût plus élevé contrairement à SFR).

Mais pour commencer, vérifiez d’abord si vous êtes éligible à la fibre !

Est-ce que j’ai quelque chose à préparer avant l’arriver de la fibre optique ?

Une fois le rendez-vous pris, vous devez vous assurer d’être présent. C’est évident mais je préfère le mentionner car la première moitié du travail se passe à l’extérieur de votre logement mais l’autre moitié se passe chez vous.

De plus, avant l’arrivée du technicien, je vous conseille de définir où vont se trouver vos box. Car ce dernier va positionner l’arrivée de la fibre juste à coté de votre box principale. Ce qui veut dire que si vous avez choisi de la mettre dans le salon derrière la TV, avec la box TV, le technicien va devoir passer et coller la fibre sur les plaintes ou dans les coins du plafond de votre salon … Pas forcément très beau !
Une autre possibilité est qu’il ajoute des goulottes payantes en supplément. Mais bon ce n’est pas encore très esthétique alors mieux vaux avoir prévu le coup et avoir un réseau VDI pouvant transporter le signal informatique dans toute la maison. Mais si vous êtes là, c’est que vous êtes dans le droit chemin et vous trouverez sur ce blog toutes les informations nécessaires.

Il faut aussi savoir que le technicien va devoir ajouter 2 petits boitiers juste avant votre box principale : le DTIo qui chez moi correspond en réalité à un BAB (Boîtier Abonné) ou PTO (Point de Terminaison Optique) et l’ONT (Optical Network Termination = Terminaison du Réseau Optique). Ce dernier est un équipement actif, il nécessite donc d’être branché au secteur. Il faut donc prévoir une prise et un peu de place.

Le DTIo fait environ 10 cm sur 15 cm pour 3 cm d’épaisseur

DTIo fermé pour la Fibre Optique dans ma maison

L’ONT est plus petit mais la dimension varie en fonction de l’opérateur, celui de SFR est très petit

ONT SFR Fibre Optique Maison

Si vous êtes en immeuble, il faut que vous récupériez les clés pour accéder aux locaux techniques de l’immeuble ou bien vous assurer que le gardien sera disponible durant l’intervention du technicien pour qu’il lui donne accès (vous devez bien sûr être également présent).

Si vous êtes en maison individuelle, il faut vous assurer de savoir par où arrive le câble téléphonique. Les techniciens ne refont pas de tranchée, ils utiliseront le même chemin que le câble de cuivre vous amenant le signal téléphonique. S’ils ne le trouvent pas ou s’ils n’y arrivent pas pour une quelconque raison, ils partent sans vous poser la fibre…
Cela m’est déjà arrivé car la gaine par où passait le câble téléphonique était plein de sable … J’ai dû moi-même déboucher la gaine avant de les faire ré-intervenir et enfin avoir la fibre.

Comment se déroule l’installation de la fibre optique ?

L’installation de fibre optique en générale prend environ 2h selon moi.

L’installation de la fibre optique se déroule en 4 grandes étapes :
1- Préparer le chemin de la fibre optique
2- Passer la fibre optique
3- Raccorder la fibre optique au réseau télécoms
4- Raccorder la fibre optique à votre réseau

Je vais faire un focus sur l’installation de la fibre optique en maison individuelle et en non aérien, car j’ai pu y assister et vous prendre des photos. Mais ne vous inquiétez pas, c’est sensiblement le même fonctionnement en immeuble et en aérien.

Préparer le chemin de la fibre optique

Dans la première étape, les installateurs (car ils viennent à deux) identifient dans votre logement ou se trouve l’arrivée télécoms en cuivre. Pour cela, ils vont vous demander si vous savez ou est cette arrivée. Il vaut mieux savoir avant donc, car ils ne vont pas chercher longtemps ^^.

Arrivé Telecom du cuivre dans le garage
Trou dans le mur de mon garage pour l’arrivé cuivre et fibre

Une fois l’arrivée identifiée, ils vont chercher devant votre maison la trappe télécoms et l’ouvrir.

Trappe télécom devant mon logement